Il est tard, donc ce billet sur une récente randonnée en raquettes sur les plateaux du Vercors sera expéditif. Tout d'abord, l'idée était de faire une randonnée en deux jours avec une nuit dans un refuge non gardé (refuge de l'essaure) au départ de Chichilianne.

Plan de la ranndonée : départ de chichilianne, montée par le pas de l'essaure, nuit au refuge de l'essaure, descente par le pas de l'aiguille, arrivée à la Richardière

Nous avons garé la voiture au parking de Chichilianne et nous avons commencé la montée vers le pas de l'Essaure sans assez de neige pour enfiler les raquettes. Ce n'est pas grave, la montée est relativement rapide, il fait beau, et je peux prendre plein de belles photos (enfin quelques unes puisque ma batterie tombe en panne au bout d'une heure à peine) !

En haut, nous sommes les premiers arrivés au refuge de l'Essaure, très propre et nous disposons de plein de temps pour prendre possession de la chambre et aller en corvée de bois.

La maintenant traditionnelle fondue sera toujours aussi bonne, et la vue depuis le plateau vers le mont aiguille (pour les motivés qui ne restent pas le cul sur un banc au refuge) est magnifique...

... mais pas moins que la vue depuis la chambre du refuge au réveil !

Le programme de la journée est de suivre le GR pour rejoindre le pas de l'aiguille au nord ouest, afin de redescendre de là dans la vallée. Malheureusement, avec la couverture neigeuse, nous nous sommes égarés dans la plaine de Chamousset et avons dévié largement au nord.

Comme nous étions monté largement plus haut que prévu, il allait falloir redescendre (après un déjeuner devant un superbe panorama)...

... Et pour cela, tous les moyens sont bons ! Et pour finir, en insistant un peu, en croisant des ponts de glace sur des ruisseaux, en faisant de la luge, du chasse-neige, à pic ou sur du plat, nous sommes arrivés au pas de l'aiguille, début de la fin de cette randonnée.

Toutes les photos sont en ligne. Au final, ce qu'il faut retenir de ce week-end, c'est bien que l'IGN fait de bonnes cartes, mais des GPS un peu lents à réagir... Et puis un grand merci à Olive et Céline qui sont allés chercher la voiture pendant que nous les attendions au bar de la Richardière (et qui se sont encore paumés en chemin !)