Il est un peu long d'arriver à Champhorent, près de la limite du Parc National des Ecrins, mais une fois arrivé, ces deux jours de ballade vallent vraiment le coup ; on a droit à une première journée (montée au refuge de La Lavey) tout à fait tranquille (2-3 heures faciles), et une deuxième journée plus sportive avec pas mal d'options possibles.

L'image ci-contre (le fond de la carte est fourni par Google Maps) montre la position globale de la randonnée dans le massif. La légende est la suivante :

  1. Champhorent : le départ de la randonnée, avec un parking assez grand.
  2. Le refuge de La Lavey : un refuge vraiment très sympa, confortable, bien situé, ...
  3. Le Lac des Bèches : l'objectif de pique-nique de la deuxième journée.

Tout le chemin est extrêmement bien balisé, il n'y a donc aucun risque de se perdre (sans compter que la vallée du Vénéon est vraiment toute droite et sans trop de ramifications). Ce qu'il y a d'appréciable dans cette première montée est l'impression très rapide d'être dans un endroit hors du temps, bucolique, majestueux... Bref, on sent qu'on est en train de rentrer de plein pied dans un parc national. Tout le long du trajet, on peut entendre le torrent de la Muande et de nombreuses cascades qui s'y jettent. A part ça, tout est calme.

Une cascade qui se jette dans le torrent de la muande

Après une bonne fondue (ça devient une habitude), et une très bonne nuit de sommeil (je l'ai déjà dis plus haut, mais ce refuge est vraiment très confortable), le lever de soleil (on a beau être en été, quand on est entouré de tous côtés de montagnes qui montent jusqu'à 4000m, le soleil arrive assez tard le matin) est magnifique.

Le lever du soleil depuis le refuge de La Lavey

Pour le deuxième jour, l'objectif principal est d'accéder au lac des Bèches, suivant un itinéraire très simple. C'est une belle ballade, avec une vue sur une grande partie de la vallée, un peu plus de dénivellée que la veille, et une belle récompense au bout : une lac d'une couleur superbe et une vue magnifique pour pique-niquer.

Vue depuis le lac des Bèches

Après ce déjeuner assez matinal, il reste à descendre, prendre le goûter au refuge (tarte au myrtilles par exemple) et puis à retrouver la voiture, avec éventuellement une petite pause à la cascade de la rive Est (passer le pont au niveau du refuge et remonter vers le nord pour retrouver le chemin juste avant la cabane du berger). Au total, cela fait quand même une grosse journée, et il ne faut pas prévoir d'être de retour tôt. C'est aussi une très belle ballade assez accessible sans rogner sur la qualité des paysages ; bref, je vous conseille ce petit week-end chaudement !

Si vous avez encore besoin d'être convaincus, vous pouvez aller voir toutes mes photos, ou celles d'Olivier.